Menu Contactez-nous

New York, 26 Septembre 2018 – Réunion de Haut-Niveau du GPIESS

New York, 26 Septembre 2018 Réuni à l’occasion de la 73ème session de l’Assemblée Générale des Nations Unies, le Groupe Pilote International de l’Economie Sociale et Solidaire (GPIESS)– présidé par la France et coordonné par l’association ESS Forum International – a réuni sept États, des agences des Nations Unies, des Organisations de l’ESS et de la Société civile pour se pencher sur un des principaux défis de notre temps pour que nos populations puissent vivre dans la dignité : l’emploi et le travail.

Pour relever ce défi, tous les intégrants se sont accordés sur le potentiel de l’Economie sociale et solidaire (ESS). Ce modèle permet en effet, de réorienter l’activité entrepreneuriale, créer des emplois décents et de qualité, elle sait tirer parti des mutations du monde du travail et elle renforce la cohésion sociale dans nos sociétés.

Trois initiatives ont illustré l’opportunité que constitue l’Economie Sociale et Solidaire en matière d’emploi et de travail. La première, la Grande muraille verte pour le Sahara et le Sahel, présentée par Monique Barbut, Secrétaire exécutive de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification génère « 50 millions d’hectares à travailler, 10 millions d’emplois et 250 millions de tonnes de CO2 séquestrées ». Ensuite, une initiative française, Territoires zéro chômeur de longue durée (TZCDL), appliquée sur dix territoires et proposant à l’ensemble des habitants privés d’emploi depuis plus d’un an de leur créer un poste à durée indéterminée sur mesure, en fonction des savoir-faire et des aspirations des personnes. Originaire du Canada, Coop la Guilde est la plus grande coopérative de développement de jeux vidéo qui, en trois ans d’existence a réussi à employer 2200 personnes à temps plein.

Thierry Jeantet et Abdou Salam Fall, de l’association ESS Forum International ont démontré que l’ESS est le terreau de nombreux emplois dans une grande diversité de domaines. En effet, partout où l’on innove pour des finalités sociétales, où on se soucie de durabilité, de qualité de vie humaine et sociale, de proximité territoriale et sociale, de solidarité économique, les acteurs sociaux se mettent ensemble pour entreprendre, insérer et créent des emplois à dimension réellement humaine.

Ils ont rappelé les trois chantiers du Groupe Pilote International à savoir le guide international sur les lois favorables à l’ESS, les indicateurs des apports de l’ESS à la transformation des sociétés et enfin, la conférence à venir sur le financement de l’ESS. A ceux-ci s’ajoutent désormais le texte sur l’ESS à soumettre à l’adoption d’une résolution de la prochaine Assemblée Générale des Nations-Unies et la question migratoire à laquelle la réponse de l’entreprenariat social devra être explicitée et valorisée.

L’objectif de tous les membres du GPIESS, comme l’a rappelé Christophe Itier, Haut-Commissaire à l’ESS et à l’Innovation sociale, Ministère de la Transition écologique et solidaire de la République française, « est de faire changer d’échelle l’ESS, la rendre plus visible et lisible pour faire de meilleures politiques publiques ». Parier sur l’ESS est d’autant plus pertinent qu’il ne fait aucun doute que l’ESS est un moyen stratégique pour la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD) et réciproquement, les ODD sont la ligne directrice du modèle économique social et solidaire.

Philip Alston, Rapporteur Spécial sur l’extrême pauvreté et les droits de l’Homme, a quant à lui fait référence au discours d’ouverture de l’Assemblée Générale des Nations Unies prononcé par le Secrétaire Général, Antonio Guterres, qui déplore un « déficit de confiance » dans nos sociétés. Pour Alston, la confiance et la solidarité, sont deux concepts liés : « nous ne pouvons pas croire, nous ne pouvons pas avoir confiance en quelqu’un qui ne montre pas de solidarité à notre égard, en quelqu’un qui tente de profiter de nous. ». Cette même réflexion peut être appliquée à l’échelle d’une économie globalisée. Nos rapports économiques doivent être basés sur la confiance et la solidarité.

Pour en savoir plus :

Share on FacebookTweet about this on Twitter